Enfants atypiques

Mon blog évolue selon ma vie. Au départ, j’avais fait un blog sur la parentalité, puis j’ai fait celui-ci sur l’instruction en famille et maintenant je me dois de parler des différences chez mes filles. Je n’avais pas prévu d’en parler avant d’avoir les résultats des tests, mais je suis dans une période difficile et pouvoir l’écrire ici me permet d’extérioriser tout ça.

Je vais vous parler d’une particularité aujourd’hui, la deuxième je l’expliquerai plus tard car j’attends vraiment les tests pour poser des mots dessus, les frontières sont si légères entre plusieurs diagnostics.

La précocité, haut potentiel comme on le nomme aujourd’hui. Si vous suivez mon compte instagram @notreecoledelavie vous avez pu constater les demandes constantes d’Inaya et son mal-être face à la non-stimulation. Je voudrai tout d’abord être clair que je ne pousse pas Inaya dans ses apprentissages et que la précocité paraît bien attrayante pour les parents, mais que la réalité est tout autre. J’aime ma fille comme elle est et je ne la changerai pour rien au monde, mais avoir un enfant précoce rend la vie plus difficile pour les parents, mais aussi pour les enfants. Etre haut potentiel, ce n’est pas être plus intelligent, mais avoir une façon de penser différente, ce qui va faciliter les apprentissages avec une grande mémoire et une meilleure compréhension par exemple, mais va aussi poser problème par la suite car l’école n’est pas faite pour des pensées différentes, mais pour une pensée uniforme. La curiosité, la rapidité de compréhension et d’apprentissage sont des atouts non négligeables pour un précoce, mais l’hypersensibilité, l’hyperémotivité, le besoin de tout contrôler, fait de cet enfant, un enfant vulnérable et pas en accord avec sa maturité. Oui, l’avance au niveau des capacités intellectuelles est là, mais la maturité est de son âge et ce décalage parfois très important est dur à gérer. Je parle en connaissance de cause, puisque forcément la précocité est lié aux gênes et qu’en faisant des recherches, je me suis découverte précoce. Je parle en particulier d’Inaya, mais pour être clair, Maora montre déjà des signes et je n’ai pas de doute non plus sur le diagnostic. J’ai fait passer des tests à Inaya que je n’avais pas prévu avant ses 6 ans, au vu de ma situation actuelle, mais aussi car je me sentais perdu face à ses capacités, ses demandes constantes et son niveau actuel que je n’arrive pas encore à déterminer. J’attends les résultats qui j’espère pourront me guider au mieux dans l’école à la maison.

J’ai tellement de choses à dire sur la précocité que je vais ouvrir une section sur le blog pour en parler. L’ief restera le sujet central, mais la précocité fait aussi parti de ma vie, de mon quotidien et je me dois d’en parler. Je ne parlerai pas du niveau d’Inaya, de ce qu’elle sait faire ou pas, mais de cette particularité qui peut être difficile à vivre si elle n’est pas prise en charge ou mal comprise.

Les zèbres, comme on les appelle aussi, car aucun zèbre est pareil, ils ont tous des rayures différentes, comme les précoces qui auront tous leurs particularités, peuvent être déconcertant mais si extraordinaire à la fois. Eh oui, je sais qu’avoir la faculté de penser, de voir la vie autrement est un avantage non négligeable et c’est de cette façon que je veux l’inculquer à mes filles. Mais ce sont aussi des enfants peu dormeurs, car ils ne peuvent pas s’arrêter de réfléchir, à fleur de peau, qui ont besoin de repères, de rituels qui ne peuvent pas être changer …

En ce moment, j’ai du mal à gérer ses demandes qui vont sur des sujets bien au-delà de son âge, mais aussi cette stimulation constante qu’elle demande. Je sais que je dois doser, que je dois trouver la meilleure organisation possible pour que mes trois filles est ce qu’il faut pour bien évoluer, mais je suis encore dans cette phase de remise en question, d’unschooling ou d’école à la maison, … La première année ief est toujours la plus difficile: savoir trouver ses repères, le fonctionnement de chaque enfant, l’organisation pour que tout le monde trouve son compte, … je ne me décourage pas et j’espère trouver rapidement des solutions.

Tout ça pour en venir, ne jamais comparer chez les autres, ne jamais croire que l’herbe est plus verte chez les voisins, on est comme on est et on a des enfants avec leur caractère et parfois des différences qui faut savoir gérer selon son passé, son éducation, sa façon de voir les choses … J’essaye de les élever dans la bienveillance, mais je sais que j’ai encore beaucoup de chemin à faire et beaucoup de recherches, de lecture pour arriver à ce qu’elles trouvent leur équilibre. Pour conclure, comme dans toutes situations, il y a des avantages et des inconvénients, à nous de voir quels choses ont préfère en tirer.

Si vous voulez que je parle d’un sujet en particulier concernant la précocité, n’hésitez pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s